Acheter sur Etsy

Vendeur à la Une – Summer Boyfriend

Juil 15, 2015

par lucilerouillier

Etsy.com handmade and vintage goods

Peux-tu m’en dire un peu plus sur toi ?
Je suis Lucile, j’ai 28 ans et j’habite à Lyon où j’ai fait une grande partie de mes études. Après trois ans peu concluants aux beaux-arts de Saint-Etienne à la sortie du lycée, j’ai emménagé à Lyon pour intégrer le BTS Communication Visuelle de La Martinière et ensuite l’ENSBA Lyon où j’ai obtenu un DNAT et un DNSEP Design Graphique. Je suis donc graphiste de formation.
À la fin de mes études en 2013, j’ai fait le choix pour diverses raisons de ne pas chercher de poste de graphiste et de rester à Lyon où je me sens bien. J’ai continué mon activité d’étudiante à savoir la garde d’enfants qui m’assurait un petit revenu et du temps pour moi. Temps que j’ai mis à profit pour créer Summer Boyfriend et ouvrir ma boutique Etsy. J’ai fait ma toute première bannière en 2013 pour le cadeau de Noël de ma petite sœur. Depuis décembre dernier, je ne garde plus d’enfants et je me consacre entièrement à mes bannières car j’ai plusieurs commandes et projets importants en cours.

portrait_summerboyfriend

D’où viennent tes inspirations ? Qui t’influence le plus dans tes créations ?
Les membres de ma petite famille de graphistes/illustrateurs préférés sont Paul Rand, Fabrice Praeger, Paul Cox et Saul Bass. Ils sont tous très doués pour la forme, souvent épurée et évidente, mais ce sont avant tout des faiseurs d’idées. Le visuel est travaillé en fonction du message à transmettre. Ce n’est jamais simpliste, juste pertinent. J’ai découvert le graphisme grâce aux pochettes de CD. Mon trio gagnant est Radiohead, Björk et Arcade Fire. En plus d’aimer leurs musiques, ces groupes ont tous des esthétiques très fortes qui ont beaucoup influencé mon travail, surtout quand j’étais au lycée. De manière plus générale, je suis passionnée par la pop culture que je consomme beaucoup. Mes séries préférées sont Buffy contre les vampires et Twin Peaks. Et j’adore Harry Potter et Spider-Man.

SummerBoyfriend.etsy.com2

Comment décrirais-tu ton processus créatif ?
L’été juste après la fin de mes études, ma maman m’a donné sa machine à coudre. C’est un peu ma mascotte car c’est grâce à elle que tout a commencé. C’est une vieille Singer assez basique et bruyante mais elle fait bien son travail. Mes qualités de couturière étant assez limitées et les bannières plutôt faciles à confectionner, je n’ai pas encore besoin d’une machine olympique.
Comme il y a toujours la possibilité qu’un client me demande quelque chose de personnel, je ne fais pas de stock. Ça signifie que je n’ai aucune bannière toute prête chez moi, je travaille uniquement à la commande. Je m’assure juste d’avoir assez de matière pour pouvoir fabriquer. Et encore, pour le tissu, je l’achète au compte-goutte car c’est un peu compliqué à stocker.
Une de mes grandes passions, c’est regarder des vidéos de scrapbooking faites par des mamans ou des grand-mères américaines. C’est un peu un monde parallèle et c’est franchement addictif. J’y découvre des machines et techniques vraiment cool, mais le piège c’est que ça donne envie d’acheter plein de matériel souvent cher. Grâce à ces vidéos, j’ai découvert et acheté ma fidèle Silhouette Cameo, un plotter de découpe. C’est un gain de temps précieux et l’assurance d’avoir des découpes parfaites. C’est un outil vraiment magique qui me permet de faire plein d’autres choses, comme des étiquettes que j’ai dessinées pour les bannières. Ma matière préférée, c’est les paillettes dorées. Si je m’écoutais, j’en mettrais partout. J’ai mis beaucoup de temps à trouver la marque que j’utilise, qui est introuvable en France. C’est un peu l’identité de mes bannières et ça plait énormément.

summerboyfriend4
summerboyfriend7

Qu’est ce que le « fait-main » signifie pour toi ?
Produire en petite série ou à la commande est avant tout une question de rythme de travail et d’expérimentations. Il faut savoir s’adapter si on rencontre des difficultés mais l’avantage est qu’on n’est pas forcément dépendant de la machine. Il y a toujours la possibilité de contourner la technique, voire même d’inventer ses propres méthodes de travail. Cette liberté dans la création et le contrôle des étapes de fabrication conduit forcément à des résultats intéressants et uniques.
Mais je crois que la notion de « fait-main » va au delà de l’aspect fabrication. Quand on me commande une bannière avec le prénom de quelqu’un ou un titre de chanson, je n’ai qu’un détail de l’histoire mais j’ai le sentiment de créer un petit bout de souvenir pour la personne. C’est une démarche qui repose sur l’échange entre créateurs et acheteurs. Certains acheteurs m’envoient des photos de leurs bannières ou m’expliquent la signification de leur message.

SummerBoyfriend.etsy.com

Pourquoi as-tu choisi d’ouvrir une boutique sur Etsy pour vendre tes créations ?
Dès l’instant où j’ai su que je voulais vendre mes bannières, le choix d’Etsy fut assez évident car je savais que cette plateforme bénéficiait d’une reconnaissance internationale. Et ça se confirme tous les jours, ma boutique est accessible partout et tout le temps. Grâce à cette grande visibilité, mes petits bouts de tissu ont la chance de partir aux quatre coins du monde.
Je savais également qu’Etsy est un vrai repère de créateurs très chouettes. Découvrir régulièrement des boutiques uniques en leur genre me motive beaucoup ! C’est une vraie communauté réunie autour des valeurs du « fait-main » et ça me plait de faire partie de ce mouvement.

Qu’est ce que t’apporte Etsy ? Qu’elle est ton meilleur souvenir ?
Il s’est déjà passé beaucoup de choses en un an ! Pour être franche, ça dépasse un peu mes espérances et c’est super motivant. Je me souviens bien sûr de ma toute première commande. J’étais super contente mais je stressais tellement que j’ai refais la bannière trois fois, j’ai passé presque une semaine dessus. Une fois que j’ai eu le retour positif de l’acheteuse, c’était le soulagement ! L’échange avec un acheteur qui m’a le plus marqué, c’est une discussion sur le film Donnie Darko dont la personne était fan. Le message de sa bannière personnalisée y faisait référence et ça nous a permis de discuter un peu. C’était plutôt cool.

summerboyfriend3

Où travailles-tu ?
Pour le moment, je travaille un peu partout dans mon petit appartement. La quasi totalité de l’espace est pensé pour que ça soit le plus pratique possible mais ça nécessite d’être organisée et ordonnée, ce qui n’est pas naturel pour moi ! Mon but pour 2015 est de trouver un logement mieux adapté à mon activité. Je rêve d’avoir une immense table pour découper le tissu.

summerboyfriend8
summerboyfriend5

Où voudrais-tu être dans 10 ans ?
Idéalement, je me vois à Edimbourg ou Londres dans un atelier/boutique. J’aimerais remplir des murs entiers de bannières avec des formes et techniques folles. C’est un support génial que je verrais bien dans des lieux d’expositions. Dans un futur plus proche, je vais développer ma gamme de produits. J’ai beaucoup d’idées et d’envies mais j’avance lentement !

Retrouvez Lucile sur FacebookInstagram et Pinterest

Sa boutique /Retrouvez tous les Vendeurs à la Une  

6 commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentair