Acheter sur Etsy

Vendeur à la Une – Hirn and Herz

Avr 15, 2013

par Ophélie Le Pocreau

Etsy.com handmade and vintage goods

Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours ?

Je m’appelle Noémie, j’ai 27 ans, je suis la tête, le coeur et les petites mains de Hirn&Herz, ma mini fabrique de bijoux.
J’ai fait mes études à Strasbourg, à l’école des Arts Décoratifs. Cette école propose un pôle « Objet » et notamment un atelier bijou magnifique dans lequel j’ai passé pas mal de temps. Là-bas, on m’a présenté le bijou comme oeuvre d’art, comme sculpture, avec une approche très conceptuelle et j’ai adoré ça. Réfléchir à l’objet bijou dans son rapport au corps, à l’espace, à la relation qui le lie à celui qui le porte m’a passionnée. J’y ai aussi acquis des bases techniques indispensables.

Parallèlement, j’ai aussi développé un travail de sculpture et de dessin. Aujourd’hui, au sein de hirn&herz, j’ai développé une collection de bijoux fantaisie plus accessible. Je travaille de façon plus immédiate, plus spontanée.

Es-tu créatrice indépendante à temps plein ? Si oui, quel est le plus difficile lorsque l’on se lance en tant que créateur indépendant à temps plein ?

Hirn&Herz existe depuis un peu plus de 3 ans. Au départ, je travaillais à côté comme vendeuse en joaillerie dans un grand magasin, mais depuis deux ans, je suis créatrice indépendante à plein temps.

Je partage un atelier avec un espace boutique avec cinq autres créatrices à Lyon lafabriqTravailler entourée d’autres personnes rend les choses plus faciles et plus agréables. Toute seule, j’aurais eu plus de mal à me lancer. A plusieurs, on a plus d’énergie, on se donne des conseils techniques, on parle aussi beaucoup nos créations respectives, d’expos que l’on a visitées, d’artistes que l’on a découverts… Cela aide énormément. Puis on partage aussi le loyer… toute seule je n’aurais pas eu les moyens d’ouvrir cet atelier qui me donne une belle visibilité.

Le plus important lorsqu’on démarre en tant que créateur indépendant c’est d’y croire et de ne pas se décourager. Il faut déployer beaucoup d’énergie et rester fidèle à ses envies. Le plus difficile, c’est de faire face aux périodes où on pense avoir perdu l’inspiration… ça m’arrive souvent, mais jusqu’à présent elle est toujours revenue.

Qu’est-ce qui t’influence le plus lorsque tu créées ?

Je regarde beaucoup de choses très diverses et les stocke dans ma tête. Ça peut être des dessins d’artistes, le travail d’autres bijoutiers, des mots, de la musique, des objets de brocante, mais aussi des matériaux ou des couleurs… Je me constitue ainsi une espèce de grosse banque de données que j’alimente tous les jours. Parfois, après un moment de gestation il y a des idées qui surgissent toutes seules, d’autres fois, je suis obligées d’y creuser pour trouver quelque chose à exploiter.

Au fil du temps, j’ai ainsi créé une drôle de petite famille constituée d’animaux ultra-plats, de nuages-montagnes et de maisons sur pattes, de masques, de couples de coeurs sexués et de smileys à grosses têtes .. autant de bizarreries à porter autour du cou, du doigt ou de poignet.
La relation au bijou me fascine. J’aime imaginer qu’une fois sortis de mon atelier mes bijoux deviennent des porte-bonheur, des grigris avec lesquels on dialogue discrètement en espérant qu’ils révèlent un pouvoir magique…

Quels sont tes matériaux préférés ?

J’aime le métal pour sa résistance. J’ai beaucoup moins d’affinités avec les matériaux qui se modèlent, je préfère ceux qui se taillent, se scient, se martèlent… J’adore découper des formes dans des plaques d’argent ou de laiton. Avec l’expérience, j’ai appris à maîtriser cette technique, à manier ma scie presque comme un outil de dessin. En ce moment, je me constitue aussi une collection de pierres que je compte bientôt utiliser pour de nouveaux bijoux. 

Si tu pouvais te télétransporter, qu’importe l’époque ou le lieu, dans le studio d’un artiste ou d’un créateur, où irais-tu ? 

Si je pouvais me télétransporter, j’en profiterais déjà pour faire un maximum de voyages, pour voir un maximum de choses. Mais sinon, j’adorerais aller faire un tour dans les ateliers de mode des années 20. Je trouve les vêtements, les bijoux et les accessoires de cette époque vraiment exceptionnels. J’irais aussi, dans les ateliers de bijoutiers contemporains dont j’admire profondément le travail, autant pour la technique, que pour l’intelligence de leurs réalisations: Otto Künzli et David Bielander. Je serais complètement tétanisée de timidité mais ce serait une chance incroyable.

Où te vois-tu dans 10 ans ?

Si je peux encore profiter du voyage dans le temps, je veux bien aller jeter un oeil vers ma vie dans 10 ans pour voir comment je m’en sors. C’est difficile à dire. J’ai beaucoup de projets. J’espère que je continuerai à créer.
J’aimerais faire plus de tout, plus de dessin, plus de sculpture, plus de bijoux, plus de voyages. Je me vois bien d’ailleurs dans un bel atelier berlinois, avec un espace boutique pour mes créations et des objets chinés dans le monde entier. En attendant, j’espère continuer sur ma lancée et continuer à faire progresser hirn&herz.

Comment tu as découvert Etsy ?

C’est en cherchant un plate-forme de vente en ligne que j’ai découvert Etsy. J’ai trouvé que c’était simple d’utilisation, esthétiquement très agréable et que chaque créateur pouvait bien personnaliser  sa boutique. Etsy m’a permis d’imaginer vendre mes bijoux en France mais aussi dans le reste du monde. Après avoir passé un peu de temps à visiter des boutiques, je me suis lancée.

As-tu un conseil à donner à ceux qui démarrent sur Etsy ?

1.Prendre de belles photos, c’est le plus important. Il faut réussir à créer un univers cohérent et qui vous ressemble. 

2.Le manuel du vendeur est une mine d’informations et de conseils très utiles à ne pas négliger

3. Traduire sa boutique dans un maximum de langues si possible mais au moins en anglais pour toucher des acheteurs étrangers

4. Penser à mettre les bons tags, et consultez les statistiques, ça aide vraiment à se rendre compte de la progression de sa boutique.

Y croire, prendre soin à réaliser de beaux objets, prendre soin de sa clientèle avec des promos, de jolis emballages… Et surtout, être patient, il faut du temps pour se faire un petit réseau!

Bonne chance! 😉

Sa boutique ? Les précédents vendeurs à la une

Plus de créations françaises dans notre newsletter

6 commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentair