Acheter sur Etsy

Magique alchimie

Déc 3, 2013

par Lisa Butterworth

ap_lisa

Vous avez peut-être déjà eu l’occasion de voir les vidéos réalisées par Etsy pour les fêtes de fin d’année. Chacune vous fait entrer dans l’univers d’un créateur, vous transformant en petite souris émerveillée de découvrir l’envers du décor. Dans ce billet, nous avons eu envie de vous en dire un peu plus sur ces personnes vraiment extraordinaires. Aujourd’hui, nous allons vous présenter Catherine, qui crée des bijoux artistiques inspirés de la nature.

Le jour, Catherine Niarhos travaille dans une société de fonds communs de placement. La nuit, la comptable fait place à la créatrice et la lumière brille souvent jusqu’aux petites heures dans l’appartement de Park Slope. Des doigts de Catherine naissent alors des bracelets, des colliers et des bagues délicats et cette « double vie » lui convient parfaitement : « J’ai besoin de créer, de fabriquer des choses de mes mains », nous explique-t-elle. Cette créativité s’exprime dans une collection de bijoux esthétiques en laiton, or ou argent, souvent inspirés de la nature comme ses manchettes en forme de rayon de miel, ses breloques-animaux ou encore des boucles d’oreille semblables à des ailes de papillon, qu’elle propose dans sa boutique One Little Star.

one-little-star-Catherine-1

 Catherine lors d’un évènement

Cette passion remonte aux années où Catherine, encore collégienne, a suivi son premier cours de création de bijoux. Après s’être essayée à la peinture, au dessin et à diverses activités manuelles, elle a repris avec bonheur ses outils de bijouterie lorsqu’elle s’est installée à New York. « J’ai trouvé une foule de cours de bijouterie au centre 92nd Street Y et j’étais juste ravie ! » C’est là qu’elle découvre la technique à la cire, avec des outils quasi-chirurgicaux qui permettent de sculpter la matière pour créer une texture et une finesse de détail surprenantes. « J’adore manipuler la cire, on ne sait jamais totalement ce qui va en sortir. Il y a toujours un instant de suspense dans le passage d’un matériau à l’autre. Même si la forme était déjà là, dans la cire, lorsqu’elle « renaît » dans le métal, elle prend une qualité organique que j’aime beaucoup. »

honeycomb-bracelet-onelittlestar-etsy

Sitôt maîtrisée, cette technique lui a permis de créer une série de présents originaux pour les personnes invitées à son mariage. Puis les choses se sont enchaînées, après que ses amis lui ont pratiquement ordonné d’ouvrir sa boutique Etsy. « J’avais déjà énormément de modèles. Il fallait bien que j’en fasse quelque chose. Je ne pouvais quand même pas submerger mes proches avec mes bijoux », dit-elle avec amusement. « J’ai commencé sur un coin de ma table de cuisine et j’ai fini par vendre mes créations dans ma boutique. » Aujourd’hui, elle passe une partie de ses nuits et de ses week-ends à sculpter la cire et à faire les dernières finitions sur les pièces terminées, en compagnie de Mr. Norrell, son chat noir et blanc, et de la sélection musicale de NPR.

Au-delà du plaisir que lui procure cette technique, Catherine puise une inspiration toujours renouvelée dans sa vie quotidienne. De sa « rencontre » avec les papillons monarques du jardin botanique de Brooklyn, où elle va régulièrement, sont ainsi nés les modèles aux formes complexes de sa collection Demeter, tandis que les volutes délicates des aiguilles d’une horloge du 18e, vue au musée, ont donné naissance à un long pendentif.

seven-sisters-one-little-star-etsy

Pour les clients de One Little Star, la symbolique de certains bijoux résonne de façon très personnelle. L’année dernière, à Noël, Catherine a ainsi reçu une commande de sept exemplaires en argent du collier Seven Sisters (Sept sœurs, en français), l’un de ses premiers modèles, baptisé en référence à une constellation. Sa cliente les destinait à ses six sœurs et à elle-même (ça ne s’invente pas !), et elle a complété cette commande un peu spéciale par un huitième collier, en laiton cette fois, pour leur maman. Encore stupéfaite que son collier soit justement acheté pour sept sœurs, Catherine se souvient avec émotion de la gentillesse de sa cliente et de leurs échanges.

Catherine ne se sépare jamais de son carnet de croquis, où elle griffonne les nouvelles idées qui lui viennent, parfois accompagnées d’une esquisse. C’est là que commence le long chemin qui aboutira à l’objet fini. « J’aime ce que je fais, c’est tout. A chaque commande, j’ai le même plaisir, la même envie de fabriquer cette nouvelle pièce, j’aime le moment où le paquet est prêt à partir et j’aime imaginer la personne qui porte le bijou. C’est vraiment une sensation unique. »

 

Lisa Butterworth écrit des articles et des chroniques sous le soleil têtu de Los Angeles. Lorsqu’elle délaisse un moment la chasse aux nouveautés et aux tendances pour le magazine BUST, dont elle est la rédactrice en chef pour la côte ouest, elle hante les marchés aux puces, fait la tournée des vendeurs de tacos ambulants et refuse absolument de se prendre au sérieux !