Acheter sur Etsy

LucieTales, récupération et recyclage

Mar 14, 2013

par GermaineFish

Etsy.com handmade and vintage goods

Lucie, la créatrice de Lucie Tales est plasticienne de formation et réalise aujourd’hui des bijoux, « comme de mini sculptures », à partir notamment de matériaux qu’elle recycle. Elle nous raconte son rapport à ces matériaux qui, lorsqu’ils pénètrent dans son atelier, ont déjà eu une vie.

Comment l’idée d’utiliser des matériaux à recycler est-elle née ?

J’ai exercé différents métiers avant de réaliser – douloureusement – que l’unique activité dans laquelle je peux m’épanouir est une activité de création, seule, dans mon atelier. Etudiante, je me suis intéressée au point de vue, aux images de cartes postales et au paysage. Je maniais alors le fusain et l’encre de chine. Dans ma période « je travaille comme tout le monde et j’ai un hobby », je me suis lancée dans la couture. Puis, de façon expérimentale, j’ai commencé à marteler le métal que j’avais sous la main avec un marteau de bricolage. Et ça m’a beaucoup plu.

Aujourd’hui, je pars d’une pièce de métal ancienne, d’un élément de bijouterie ancien ou d’une forme que j’ai réalisée et je l’associe avec autre chose, une perle de verre ou un bouton de nacre par exemple. J’aime les contrastes, les opposés, le poli avec le mat, le martelé avec la perle délicate, le métal brut avec un appliqué de dentelle…

Quel rapport entretenez-vous avec ces matériaux de récupération ? Est-ce là une démarche ouvertement éco responsable ?

Le premier métal que j’ai travaillé est celui que j’avais sous la main, c’est-à-dire des plaques en aluminium, rebut de l’imprimerie offset. En réutilisant cet aluminium usagé, je le recycle, je lui donne une seconde vie. Il ne s’agit pas uniquement d’une attitude « eco-responsable », c’est plus que cela. J’aime utiliser des métaux déjà patinés par le temps ou l’humidité.

De même, je préfère utiliser les perles d’un collier cassé déniché au marché aux puces plutôt que d’acheter des perles produites à la chaine en Asie. Je ne cherche pas à produire en quantité mais à créer des pièces uniques ou en séries limitées qui ont chacune une histoire. Pour moi, la distinction entre le fait main de façon artisanale et le produit de masse est importante et cette distinction a d’autant plus de sens si la matière première est de qualité et a une histoire.

Par ailleurs, je n’aime pas refaire une pièce. Quand je refais une pièce je suis tentée de la modifier, d’essayer autre chose. C’est comme ça que j’apprends, j’essaye, j’expérimente. Je suis principalement autodidacte. Sauf en ce qui concerne le travail de l’argent, j’ai voulu apprendre les gestes et les techniques traditionnels, ce que j’ai commencé à faire en réalisant un stage auprès d’une joaillère professionnelle et reconnue.

Qu’est-ce qui vous inspire, en tant qu’artiste ?

Mes sources d’inspiration sont diverses. Mon père est botaniste et donc j’ai appris à regarder et nommer la faune et la flore. Je pense que cette éducation m’a beaucoup influencée dans mon rapport à l’environnement. Ma grand-mère cousait tous ses vêtements et était une tricoteuse hors pair. C’est elle qui m’a donné le goût de la finition, du travail bien fait et l’importance de la qualité des matériaux.

J’aime beaucoup les œuvres de la période Art Nouveau et particulièrement le travail des artistes comme Lalique, Gaillard, Mucha. Les bijoux réalisés par Calder m’impressionnent. Côté artistes contemporains, l’œuvre d’Hubert Duprat avec des larves d’insectes me fascine.

Je travaille chez moi, dans une pièce que j’ai transformé en un atelier et qui est aussi la pièce dans laquelle je lis. De cette pièce, j’ai une vue sur mon jardin. Outre le fait que j’ai besoin d’être seule, j’ai besoin de marcher quotidiennement. J’ai la chance d’habiter au bord de la mer et c’est donc sur la plage que je marche. J’en ai besoin pour faire le vide, j’observe les différentes lumières sur l’eau, les coquillages, les oiseaux. Je suis alors dans le présent. Je peux avoir des idées d’associations en marchant mais une fois dans l’atelier, les matériaux en main, je vais changer d’avis, essayer autre chose.

130127_BB_FR

Plus de créateurs français dans notre newsletter

28 commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentair