Acheter sur Etsy

Interview en images – Nicolas Messyasz

Avr 16, 2010

par AmelieFrenchie

Nicolas Messyasz travaille le noir et blanc comme j’aime, avec profondeur, avec un relief, pas uniquement pour donner un côté classe à ses clichés, comme certains s’imaginent qu’il est facile de faire. Son exposition sur New York en 2008 au Lucernaire m’avait vraiment touché. J’aime la ville de New York, au moins autant que j’aime Paris. Ses clichés me donnaient vraiment la sensation d’avoir été pris par quelqu’un qui sait montrer cette ville, qui l’aime et la connait.

Pour cette première « interview en images » de photographe, j’ai immédiatement pensé à lui et j’ai bien fait :

Une photo qui te rappelle une belle journée

Une de mes (très) rares photos couleur… Du moment, j’en retiens encore la douceur de ce soleil couchant, de ce week end au bout de la France avec des amis, d’un dernier verre sur la colline… Ce moment marque son importance par le souvenir qu’on s’en fera, et la photo joue un peu plus que ce role quand on arrive à y faire ressortir ce bien être, cette douceur… Quand je revois cette photo, je reviens sur les lieux, j’ entends les cigales, les vents qui dansent entre les hautes herbes, le silence, le calme… On ne veut plus rentrer à Paris après ça…
(Juin 2008, Lac du Salagou)

Une photo ratée

Ratée… Ambiance perdue et moi aussi… Au final, rien de ce que je voulais y mettre. Avec le temps, cette image peut prendre une autre histoire, la sienne. C’est tant mieux.
(Sept. 2008, Paris)

Une photo qui te donne le sourire

Audrey joue avec un de mes appareils photos. Sans se douter une seconde que la facale utilisée à ce moment là, donnera autant de profondeur  à l’image. J’adore les grands angles pour ça. On est projetté en avant dans une image qui se referme derrière nous, hors champ…
(Octobre 2008, Cherbourg)

Une photo qui peut être douloureuse

Je voulais une photo illustrant une ou des douleurs plus fortes, malheureusement, ça me fait trop de mal pour le faire vraiment, volontairement. Ce serait me faire mal pour illustrer un mal. Pas tres envie de cette automutilation.
Parler de la douleur des autres serait pour moi, un voyeurisme malsain, si il est sorti d’un contexte d’une histoire…
Je choisis une petite douleur, de ces petits maux quotidiens qui vous mine un moral quelques minutes ou quelques heures. Mais au final, la vie ne s’en trouvera pas bouleversée… Je ne sais même plus, vraiment, ce qu’il s’était passé ce jour là. Juste que ça m’avait salement flingué le moral, ça c’est certain.
(Janvier 2009, Paris)

Une photo d’un instant volé

Festival des Eurockeennes de Belfort. Un des festivals que j’aime le plus photographier. Diversité, jeunesse, légèreté, engouement populaire, soulèvement des décibels…
Au deuxième jour de cette année là, temps pourrie sur la presqu’île. Coté pro, derrière l’espace presse, il y a un accès au lac. Chose que le public ne verra jamais. Une journaliste, peut etre, avec son imper pas tres étanche boit une bière sur le ponton, sous la pluie… Je cadre, déclenche, en silence… et je m’en vais…
(Juillet 2008, Belfort)

Une photo prise par un autre

Pour deux choses… Parce que c’est Raymond Depardon, un peu comme cet oncle photographe, bienveillant, que j’ai pas eu, et à qui je dois pas mal de chose dans ma photographie.
Et pour le lieu, New York, ville magique, magnifique dans sa composition humaine. J’y suis resté quelques semaines, et pourtant depuis ces jours là, je me sens NewYorkais un peu, aller donc savoir pourquoi…
Lien original (Raymond Depardon / Magnum Photo, 1981, New York, USA)

++ Son actu ++

Côté actualité, Nicolas expose au festival Regards du 13 au 23 mai (Villeneuse de la Rivière, à coté de Perpignan) lors d’une soirée projection.

Il travaille également avec le collectif PERIPHERIQUE : « Nous commencons à avoir de belles choses, et la cohérence des projets prend forme. Le collectif devrait exposer à Berlin à la rentrée, mais rien de sur encore. »

++ Le mot de la fin ++

« L’année derniere a été marquée par la série d’expos de mon travail sur New York, cette année devraient donc être plus calme sur ce plan là. A moins que je ne décide de repartir à New York… 😉 « 


Plus d’interviews en images | Trouvez des tirages photo sur Etsy